loader image

Le burn-out ou Syndrome d’épuisement professionnel : la « Maladie du Trop » !

Le burn-out,

un conflit entre une personnalité passionnée, engagée

ET un environnement malveillant !

Le burn-out ou Syndrome d’épuisement professionnel …

épuisement physique, émotionnel et mental, lié à une longue exposition à des situations exigeant une implication émotionnelle importante (Ministère du Travail)

… épuisement physique et mental lié à un excès de travail, de stress et de manque de considération.(dictionnaire de l’internaute)

…   fatigue intense physique et psychique intense, générée par des sentiments d’impuissance et de désespoir (le Larousse)

…  sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail. (OMS Organisation Mondiale de la Santé)

Qui sont les victimes de la “Maladie du Trop” ?

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel n’atteint pas des personnes fragiles mais fragilise les personnes ...

  • qui sont : enthousiastes, passionnées, motivées, responsables, compétentes, créatives, ambitieuses, engagées, impliquées, consciencieuses, perfectionnistes…
  • qui ont : une forte capacité de travail, des capacités d’organisation – de gestion du stress, un idéal fort pour lequel le travail devient le seul vecteur de sens à leur vie…

Ces personnes adorent leur job, elles s’investissent corps et âmes dans leur travail jusqu’à dépasser les limites du corps et du psychisme. Leur engagement important devient parfois démesuré pour leur procurer un sentiment d’utilité et d’accomplissement suprême.

9 caractéristiques des personnes victimes de l’épuisement professionnel

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel touche essentiellement les personnes qui :

  1. accordent beaucoup d’importance à leur métier, la valeur travail leur permet d’exister
  2. ont des difficultés à dire non à la surcharge de travail et ne délèguent pas
  3. fournissent un travail qui va au-delà de leurs responsabilités car elles en ont les compétences
  4. mettent en péril leur équilibre vie personnelle/vie professionnelle pour réussir et s’accomplir
  5. sont en recherche, souvent inconsciente, de signes de reconnaissance
  6. ont besoin de se sentir considérées, d’avoir une place qui s’exprime
  7. sont incapables de reconnaitre leurs besoins propres
  8. s’oublient au profit des autres et s’usent “à force d’aider
  9. oublient de prendre soin d’elles et de leur écologie toute entière

Elles deviennent leurs propres bourreaux et finissent par se consumer de l’intérieur !

Les signes qui doivent alerter !

Les manifestations du burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel apparaissent progressivement et insidieusement, très souvent masquées par le déni.

Manifestations émotionnelles

Vous :

  • êtes hypersensible, un mélange d’émotions (peur, confusion, culpabilité, inquiétude..)
  • n’arrivez plus à gérer vos émotions et passez facilement du rire aux larmes
  • êtes anxieuse en continu
  • vous montrez irritable, vous avez des accès de colère
  • interprétez négativement les circonstances et vous focalisez sur ce qui ne va pas

Manifestations cognitives

Vous :

  • avez le sentiment de ne plus être aussi efficace au travail et faites des erreurs
  • présentez des troubles de l’attention, de concentration, de mémoire
  • n’avez plus goût à rien
  • êtes en difficulté pour prendre des décisions et atteindre vos objectifs
  • ne parvenez plus à vous organiser et à tout assumer
  • culpabilisez de ne plus être à 100% opérationnelle

Votre entourage a beau vous alerter, vous réfutez leurs dires. Vos tâches se transforment progressivement en mission impossible, tout devient une épreuve !

Manifestations comportementales et/ou relationnelles

Vous :

  • vous repliez sur vous, vous isolez et préférez la solitude
  • ne prenez plus plaisir dans aucune de vos activités
  • vous sur-adaptez aux situations
  • devenez cynique à l’égard de votre entourage, vous n’êtes plus “vous” !
  • avez l’impression de vous « éteindre » à petit feu
  • recourez aux substances addictives (médicaments, alcool, tabac, drogue)

Manifestations de désengagement

Vous :

  • doutez de tout, de vos compétences, de vos capacités, de vos ambitions, de vos collègues …
  • avez ce sentiment de ne plus y arriver, vous vous dévalorisez (“je suis nulle !”)
  • ne vous sentez plus « en phase » avec vous-même (vos valeurs, vos certitudes, …) avec votre travail, avec votre hiérarchie, avec votre entreprise (“je suis à côté de la plaque !”)
  • blâmez violemment votre hiérarchie pour son indifférence face à votre situation (“ils ne voient même pas que c’est plus possible ?

Votre motivation est quasi absente et votre démotivation croissante (“à quoi bon ! ?“)

Manifestations somatiques

Vous :

  • résistez aux nombreuses douleurs diffuses (vous avez mal partout sans savoir vraiment où !)
  • souffrez de maux de tête, de douleurs dorsales, de troubles digestifs, peut-être d’infections à répétitions, de palpitations…

Vos ruminations et douleurs vous empêchent de dormir. Le repos et le sommeil ne sont plus réparateurs ! La fatigue est constante. Vous êtes épuisée, cassée !

Mon expérience et témoignage …

Cette “maladie du Trop”, je l’ai vécue !

J’étais passionnée par mon métier, par les projets de développement RH de mon entreprise qui ont motivés mon embauche. De vrais défis se présentaient à moi dans un nouveau job et secteur d’activité. Une fonction et des responsabilités qui me permettaient de m’épanouir et m’accomplir pleinement.

Ce que je ne savais pas encore, c’est que j’avais le profil-type des victimes du burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel !

Au fur et à mesure des mois et des années, tous ces signaux d’alerte sont apparus progressivement. Aucun ne manquait à l’appel ! Le processus était enclenché !

Mon conjoint ne cessait de m’alerter sur mes changements de comportements, ma fatigue intense …  Je me décomposais mais je refusais de m’apitoyer sur mes douleurs physiques et psychiques.

Une séance de temps en temps chez l’ostéopathe pour ne plus marcher comme robocop et tenir encore debout ! Une intervention chirurgicale de la thyroïde, mais toujours au boulot ! Ma hiérarchie avait même accepté de me “connecter” pour continuer à travailler pendant mon arrêt de travail.

Je me croyais invincible ! indispensable ! …

J’avais vécu antérieurement des contextes professionnels beaucoup plus exigeants dans des fonctions de direction d’où mon profond déni de la situation !

J’avais aussi complètement occulté ce nouvel environnement de travail hostile à mes principes, convictions et valeurs.

Ma descente aux enfers avait débuté 1 an1/2 après mon embauche. L’aube du burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel avait pointé son nez et j’ai refusé son appel.

Dans mon prochain article, je vous présenterai le processus de cette descente aux enfers et poursuivrai  mon témoignage.

Votre témoignage nous intéresse …

Avez-vous déjà vécu ce type de situation ? Lors des signes avant-coureurs, avez-vous réagi ou avez-vous refusé cet appel ? Votre situation actuelle ressemble t-elle à la description ci-dessus ? Qu’en est-il pour vous ? Peut-être avez-vous dans votre entourage proche une personne présentant ces manifestations ?

Parlons-en ! Prenons rendez-vous et découvrez lors d’une séance offerte comment reprendre les rênes de votre vie.

 

Vous pouvez lire aussi :

X